Issue de la Société suisse des Beaux-Arts, qui existait depuis 1806, la Société suisse des peintres et sculpteurs (SPSS) fut fondée en 1866 dans le but de défendre les intérêts des artistes. Les activités principales sont l’organisation d’expositions et l’exercice d’influence sur la politique artistique.

La revue « Art suisse » paraît depuis 1899.

À partir de 1906, la Société accueille également des architectes : le nom devient SPSAS. Comme la SPSAS refuse jusqu’en 1972 d’accueillir des femmes artistes en tant que membres actives, la Société suisse des femmes peintres, sculptrices et décoratrices est fondée en 1907 (ultérieurement SSFA Société Suisse des Femmes Artistes en Arts visuels).

En 1914, sous la présidence de Ferdinand Hodler, le fonds de soutien est constitué, et en 1944 la caisse d’indemnité journalière pour les artistes visuels.

1971 : le président central Wilfrid Moser vise un syndicat des créateurs visuels à fort effectif et adapte les conditions d’affiliation à ce nouvel objectif. Les femmes artistes sont désormais autorisées à adhérer.

En 1994, une réforme complète est engagée, qui aboutit en 2001 à la fondation de la nouvelle association professionnelle des art visuels visarte, toutefois sans la fusion espérée avec la SSFA.

En 2002, la société des artistes visuels, visarte, compte 2600 membres actifs. En 1907, la SPSAS avait 334 membres actifs en 11 sections ; en 1987 2000 membres actifs en 19 sections

Présentation synoptique de l’histoire (PDF)

Sur l’histoire de la SPSAS : Monika Brunner, Confrontations dans le paysage artistique suisse, dans : Art Suisse 2015/2016, 117/118, p. 10-42.

Sur l’historie de Visarte : Regine Helbling et Alex Meszmer, Comment la SPSAS est devenue visarte, dans : Art Suisse 2015/2016, 117/118, p. 46-58.